Les déclarations du SC

Écrans des navigateurs : Élargir = Ctrl + ; Réduire = Ctrl -  ; Mode plein écran = F11 , retour = F11


Bonjour à toutes et à tous.


Fondé en 1946 au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour répondre au défi de la reconstruction, le Secours Catholique-Caritas France, fête cette année ses 70 ans de mobilisation, pour faire reculer jour après jour la pauvreté et les inégalités en France et dans le monde.

70 ans de fraternité pour construire ensemble une société où les personnes précaires ont une place pleine et entière.

Mon équipe et moi-même sommes engagés depuis 6 ans maintenant.

Sommes 14 bénévoles aux services de nos familles et  notre bénévolat est très enrichissant.

C’est également parfois difficile car certaines situations sont très dures à écouter. Certaines familles se retrouvent en situation de précarité et rejeter de notre société.

Certes, nous pouvons blâmer l’Etat mais quelque part, nous aussi, nous fuyons nos responsabilités.

Nous  devrions pouvoir regarder l’autre tel qu’il est, chercher l’humanité qui est en lui, et ne pas le fuir parce qu’il est à la rue.

Ce qui est très difficile, pour eux, c’est l’isolement.

Ces personnes en errance sont aussi des citoyens ; ils observent, ils voient beaucoup de choses que nous n’avons pas ou plus le temps de voir.

Ils ont énormément de choses à dire et nous, mon équipe et moi-même, nous prenons le temps de leur donner la parole et les écouter. Ce sont des rencontres très fortes.

Nos actions sont simples et ne demandent pas de capacités extraordinaires. Elles se font en toute humilité. Elles demandent simplement du cœur.

Faire rayonner la charité chrétienne, partout où le besoin s’en fait sentir, apporter tout secours ou toute aide, morale ou matérielle, quelles que soient les opinions philosophiques ou religieuses, voilà ce que nous essayons de faire.

Quand on regarde, notre mission est énorme, vu les difficultés qu’engendrent à notre petit niveau, le chômage massif, la crise économique, l’éclatement des familles et de la société. Alors, que faire ?

Eh bien nous, nous battons, nous nous battons contre les inégalités, contre les injustices, contre l’indifférence…

Nous avons la foi, la foi en un monde meilleur.

Nous avons l’exemple du Christ qui nous montre le chemin.

Notre chemin à nous, il est tout petit. Il est à taille humaine.

Mais nous savons aussi que les petits ruisseaux font les grands fleuves.

Alors aujourd’hui, nous sommes venus à la pêche aux petits ruisseaux, à la pêche aux anonymes, ceux qui veulent bien nous faire un don, et ceux qui veulent bien nous donner un coup de main.

Ce n’est pas ici-bas, chez nos semblables qu’il faut rechercher de la reconnaissance, celle-là elle est éphémère.

La véritable joie, celle qui nous nourrit, est celle qui vient de l’intérieur.

C’est cette joie qui nous permet de tenir.

Et cette joie, ce sont nos familles qui nous l’apportent.

Chez nous, nous aidons simplement notre prochain, librement en fonction de notre personnalité, de nos désirs, de nos capacités ou de nos disponibilités.

Et puis, quand nous le pouvons, nous partageons un café, un repas, blaguons et rions ensemble.

Sur notre communes et inscrites au Secours Catholique, on trouve 41 % de personnes seules, 23 % de couples avec enfants, 30 % de familles monoparentales.

Nous apportons notre soutient aux les parents dans leur rôle éducatif, notre objectif est d’avoir davantage de solidarité et de liens au sein des familles, pour qu'elles puissent être actrices dans notre société.

Notre luttons également contre l'isolement des personnes âgées. Il faut savoir qu’en France, 1 personne âgée sur 4 souffre d’isolement relationnel, soit 1,5 million de personnes.

La part des étrangers est également en forte hausse : 33,6 % des accueillis contre 20 % en 2000.


Donc, nous continuons, comme Mgr Rodhain, notre fondateur, à faire ce qu’il appelait des « petits gestes ».

Ces petits gestes qui au quotidien font la fraternité en actes, condition première de la construction d’une « société juste et fraternelle » !


Je pense aux petits gestes de solidarité financière de nos donateurs qui rendent possibles nos actions avec les personnes les plus fragiles…


C'est par la mobilisation de chacun, selon ses moyens, que nous finirons par changer le monde !

Mme Philomène Pinto (© 29 et 30 novembre 2016)






Retour à la page
du Secours Catholique

Paroisse de Morangis

Secteur de
Longjumeau

Retour Accueil